Les Zones Humides

1. Mais qu'est ce qu'une zone humide au juste ?

Les zones humides sont des systèmes écologiques très variés, supports d’une grande diversité biologique et de nombreux services rendus aux sociétés humaines. Leur situation, entre milieux aquatiques et milieux terrestres, rend souvent difficile leur délimitation : en effet, elles sont souvent considérées comme des milieux de transition (écotone).

 

Bien qu’il soit difficile de les définir précisément, le code de l’Environnement nous fournit la définition suivante : les zones humides sont des « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».

 

2. Les zones humides rendent de nombreux services : protégeons-les !

Les zones humides sont de formidables écosystèmes possédant de nombreuses fonctions. En voici quelques-unes (liste non exhaustive !) :

  • Fonctions hydrologiques

Tout d’abord les zones humides jouent un rôle important dans la régulation des débits des cours d’eau d’un bassin versant : en effet, ces dernières peuvent jouer le rôle « d’éponges », de tampons, en stockant l’eau lors des épisodes pluvieux d’hiver et en reléguant cette eau en été pour le soutien d’étiage (quand le débit du cours d’eau est au plus bas). Ce faisant elles participent directement à la protection contre les inondations (étalement des crues).

 

Les zones humides limitent également les phénomènes de ruissellement et donc protège les sols face à l’érosion.

 

 

  • Fonction qualité de l'eau

Les zones humides jouent également le rôle de « filtre » : en effet grâce à leur biocœnose (ensemble des êtres vivants interagissant entre eux dans l’écosystème), elles sont capable d’assainir l’eau en fixant les polluants (nitrate par exemple) et donc participent à la préservation de la qualité de l’eau.

 

 

  • Fonctions biologiques

Enfin, les zones humides possèdent une biodiversité remarquable : elles comptent parmi les écosystèmes les plus riches et les plus diversifiés de notre planète. Plus de 50% des espèces d’oiseaux en dépendent et 30% des espèces végétales françaises menacées et remarquables y sont inféodées ; Qu’elles soient d’origine naturelle ou anthropique, ces zones humides hébergent de nombreuses espèces à valeurs patrimoniales (Laiche des tourbières, Agrion de mercure …).

 

En France, les zones humides peuvent prendre de nombreuses formes selon les régions : tourbières, landes, prairies, forêts … chaque écosystème ayant ses propres espèces et ses propres fonctions !

 

 

Il est à noter les services rendus par ces zones humides sont GRA-TUITS : il coûte 5 fois moins cher de protéger les zones humides que de compenser la perte des services qu’elles nous rendent gratuitement !

 

3. Les zones humides : des écosystèmes menacés !

Malgré leur évidente nécessité, les zones humides n’ont pas toujours été vues d’un bon œil. Mares et marécage ont plutôt mauvaise réputation, et ont souvent été liés à des histoires de sorcellerie. Aujourd’hui encore il arrive que les zones humides soient associées à des lieux propices au développement des maladies, que ce soit pour les animaux d’élevage ou pour les humains (moustiques).

 

 

Et cette mauvaise réputation  a un coût important : en un siècle, plus de 50 % des zones humides ont été détruites selon un rapport de l’IPBES (experts Internationaux de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques. De nombreux facteurs en sont la cause :

 

- Urbanisation et fragmentation du paysage

- Intensification de l’agriculture

- Aménagement des cours d’eau (canalisation et rectification des tracés)

- Prélèvements des eaux

 

 

Ci-dessous vous trouverez une très bonne vidéo résumant bien l'intérêt des zones humides :

4. L'inventaire des zones humides : apprendre, observer, s'adapter !

Pourquoi cet inventaire ?

La cartographie des zones humides à l’échelle 1/10000ème a été une demande initiale de la CLE (Commission Locale de l’Eau), afin de répondre à plusieurs objectifs :

 

  •  assurer un inventaire homogène sur le bassin versant ;
  •  avoir une meilleure connaissance du tissu humide du BV, du fonctionnement du BV et des cours d’eau ;
  •  améliorer la concertation avec les acteurs du territoire ;
  •  définir des objectifs de gestion au besoin.

 

Il est important de préciser que cette cartographie au 1/10000ème n’a pas une portée règlementaire : elle sert avant tout à donner un état global et général du tissu humide sur le territoire (fonctionnalité, états écologique, menaces), et de permettre aux communes d’intégrer ces zones humides dans les logiques de développement du territoire, de mise en place de projet,  dans le but de les préserver au maximum (Mieux connaître pour mieux protéger).

 

Débutée en 2014 sur le secteur de la Brenne, la surface inventoriée s’est petit à petit étendue au reste du bassin versant (Armançon amont puis Armançon aval). Aujourd’hui la cartographie des zones humides est en cours sur le secteur Armance-Créanton.

 

Démarche et méthode :

 

Phase pré-terrain - préparation

 

- Courrier d’information auprès des communes avec un questionnaire pour recenser les connaissances des zones humides connu par les locaux pour compléter la pré localisation fourni par l’agence de l’eau.

- Réunion d’information avec les élus et les locaux de chaque commune à prospectée. Cette réunion permet d’expliquer l’importance des zones humides mais aussi la méthode qui sera utilisé pour l’inventaire.

- Préparation des cartes de terrain

 


Phase terrain - cartographie des zones humides

 

- Prise de contact avec les maires pour leurs montrer la carte de pré localisation mais aussi pour partager une phase de terrain ensemble.

 

- Prospection sur le terrain à l’aide de la pré localisation des zones humides

 

- Critère de délimitation du tissu humide par un critère botanique c’est-à-dire par l’observation de plus de 50% de recouvrement de plante aquatique. Mais si ce taux de recouvrement est inférieur un critère pédologique est effectué pour vérifier la présence de trace d’hydromorphie (trace de rouille dans le sol)

 

- États de lieu des zones humides qui est décrit sur des fiches de terrain pré définis avec différents critères à remplir (habitat, flore, faune, entré de l’eau, enjeux, etc)

 

Phase post-terrain - retranscription des résultats

 

- Construction des zones humides sur cartographie

 

- Création des fiches de renseignements sur chaque milieu humide recensé sur un logiciel intitulé GWERN

 

- Courrier auprès des communes pour communiquer la carte des zones humides de leurs territoires

 

- Réunion de restitution des résultats avec les élus et les locaux pour transmettre et échanger sur le résultat de l’inventaire.


Résultats :

 

Voici ci-dessous la carte interactive des zones humides du bassin versant de l'Armançon. Les mares et autres plans d'eau sont également représentés :

Les cartes des zones humides par commune sont disponibles en cliquant ICI. (toutes les communes ne sont pas affichées pour le moment)

GALERIE PHOTOS : LA BEAUTÉ DES ZONES HUMIDES

Images  à venir ...